Militaires de carrière

JEAN PAYANT

Jean Payant s'engage dans l'Armée de l'air à 16 ans. Après trois ans de formation à Rochefort, il obtient en 1954 son "Brevet de mécanicien avion-moteur". Il devient ensuite "mécanicien naviguant" après l'obtention de son Brevet de pilote privé. Outre les années passées en France comme "instructeur" dans diverses écoles d'aviation (Rochefort, Avord et Salon de Provence), la carrière militaire de notre camarade fut ponctuée de plusieurs années passées à l'étranger.

Dès 1955, il est désigné pour l'Algérie où il restera six ans. Il est affecté à une escadrille d'avions légers responsable de nombreuses missions de liaison, de reconnaissance et d'observation. Il vole sur "Morane 500" puis sur "Broussard" cumulant 308 heures de vol en 156 missions opérationnelles. Durant cette période, il sera cité deux fois à l'Ordre de sa Brigade aérienne, en 1958 et en 1961. Il recevra ainsi la Croix de la valeur militaire ornée de deux étoiles de bronze. L'une de ses citations indique " sous officier mécanicien d'avion de tout premier ordre... N'a cessé de donner le meilleur exemple de dévouement et d'ardeur au travail. S'est particulièrement distingué à plusieurs reprises". Son contrat avec l'Armée se terminant en 1959 alors qu'il se trouve encore en Algérie, il décide de rempiler et obtient sa Croix du combattant volontaire (barette "Algérie") pour s'être réengagé en plein conflit.

Il est fait titulaire de la Médaille militaire en 1966 juste avant d'être désigné pour prendre part à une mission militaire d'instruction de deux ans près du gouvernement royal Laotien en Indochine. Là-bas, il obtiendra son "Brevet de parachutiste militaire" puis son "Brevet d'instructeur parachutiste" pour former à son tour les jeunes recrues. Il terminera sa carrière au grade d'Adjudant chef au Commandement des écoles de l'armée de l'air à Villacoublay en 1972, après 21 ans passés au service de son pays.

Jean Payant est également titulaire de la Croix du combattant, de la Médaille de reconnaissance de la nation AFN, de la Médaille de reconnaissance de la nation et de la Médaille commémorative des opérations de sécurité et de maintien de l’ordre en Afrique Française du Nord.

Jean Payant se retire alors à Saint Just en Chevalet et travaille à l'usine JALLA jusqu'à se retraite.

Militaire de carriere 2

Membre actif de notre association depuis de très nombreuses années, notre secrétaire est aussi titulaire du diplôme d'honneur de porte-drapeaux. En octobre 2017, Jean fut fait "Chevalier de la Légion d'honneur".  

 

JOSEPH WIDER

Joseph Wider s'engage dans l’Armée de l’air en pleine guerre mondiale. Agé de 18 ans, il est mobilisé de février à mai 1945. Il passe ensuite par un centre d’instruction technique puis est admis à l’Ecole des mécaniciens de Rochefort-sur-mer où il obtient en 1948 son « Brevet de mécanicien avion-moteur ». Il est alors affecté à un groupe de « Liaison et de Transport en Afrique Occidentale Française » (principalement en Mauritanie et au Niger) où il passe son "Brevet de pilote" et son "Brevet de mécanicien naviguant ».

Dans la foulée, à sa demande, il est envoyé en Indochine où il restera 25 mois durant lesquels il sera cité quatre fois à l’ordre de l’Armée et obtiendra donc la Croix de guerre des théâtres d’opérations extérieures avec quatre palmes. Il vole alors sur « Dakota ». Ses missions sont nombreuses et diverses et relèvent surtout de l'appui et du soutien logistique notamment lors de parachutages opérationnels. Il prend aussi part à des missions de sauvetage et d’évacuation.

Joseph Wider

Joseph effectuera en Extrême Orient plus de 400 missions opérationnelles. Sa quatrième citation lui vaut de recevoir la Médaille militaire pour services exceptionnels de guerre. Fait rarissime puisqu’il n’est alors que simple « sergent » agé de 27 ans et engagé dans l’armée depuis neuf ans seulement. Le texte de cette citation indique : « sous officier mécanicien naviguant d’une grande valeur qui a toujours fait preuve des plus belles qualités professionnelles et morales. Volontaire pour toutes les missions. S’est particulièrement distingué à plusieurs reprises ».

A son retour en France en 1954, il est affecté à la base de Paris-Le Bourget et vole sur « quadrimoteurs Languedoc » sur des lignes régulières à destination de l’Afrique Française Occidentale et surtout de l’Afrique Française du Nord. Puis il rejoint de nouveau l’école de Rochefort pour y passer et obtenir ses « Brevets supérieurs de mécanicien avion-moteur et mécanicien naviguant ». Joseph est ensuite formé pour voler sur « Breguet 2 ponts » et est affecté à un centre d’essai où il effectuera de nombreuses missions d’entraînements et d’essais concernant notamment le parachutage lourd. Il rejoint de nouveau Le Bourget et reprend ses vols sur lignes régulières en plus des nombreuses missions de transports de passagers et de frets à destination des centres d’essais atomiques.

En octobre 1956, il participe aux opérations de Suez puis est affecté en Algérie en mars 1960. Il y restera deux ans durant lesquels il volera sur « Nord 2501 ». Il obtiendra là-bas deux nouvelles citations qui lui vaudront la Croix de la valeur militaire avec deux étoiles de bronze.

Il rejoint alors Paris où quelques temps plus tard il est formé en atelier et en vol sur « Douglas DC 6 ». Pendant deux ans il volera sur de grandes lignes parmi lesquelles : Guyane, Brazzaville, Amérique, Madagascar, Réunion, Japon, Hongkong.

En 1963, à l'âge de 34 ans, il est fait « Chevalier de la Légion d’honneur ». Il dédiera cette distinction à tous ses copains de promotion. L’année d’après, sur sa demande, il part en retraite après 19 ans de service. Il termine sa carrière au grade d' Adjudant chef. Il totalisera à lui seul plus de 9300 heures de vol et plus de 600 missions de guerre. Il sera touché 27 fois par la DCA, défense anti-aérienne. Il accède au grade d’« Officier de la légion d’honneur » en 2004.

Installé à Saint Just en Chevalet, il poursuit sa carrière civile à l’usine de traitement d’uranium (SIMO) de Saint Priest la Prugne jusqu’en 1981 puis travaille ensuite pour l’usine JALLA jusqu’à sa retraite. Joseph fut membre actif de plusieurs associations du village notamment la nôtre qu’il représentera fidèlement et fièrement jusqu’à son décès en décembre 2016. Joseph était titulaire du diplôme d’honneur de porte-drapeaux.

Outre ses deux Croix de guerre obtenues pour faits d’armes, il était également titulaire de la Croix du combattant volontaire (barrette « Indochine »), de la Croix du combattant ainsi que des Médailles commémoratives de la seconde guerre mondiale, de la campagne d’Indochine, des opérations Française du Moyen Orient (barrette « Extrême Orient » et « Sahara ») et des opérations de sécurité et de maintien de l’ordre en Afrique Française du Nord.

Date de dernière mise à jour : 29/01/2018

×